Les légendes et traditions

Jacint Verdaguer

Jacint Verdaguer

Jacint Verdaguer, né en 1845 à Folgueroles (Province de Barcelone) et mort le 10 juin 1902 à Vallvidrera (aujourd’hui un quartier de Barcelone), est un poète catalan et l’une des figures majeures de la Renaixença. Il a écrit entre autres  Canigó en 1886, après un voyage au Pic du Canigou.

Mais le mieux est de citer l’épisode se déroulant à Taurinya : « …..Du château d’Arrià il descend (Gentil) sur la berge, traverse le Têt d’une enjambée et aperçoit, comme des vols de blanches palombes, les maisons de Cirac et de Tauri   nyà. Sur sa gauche il laisse le roi Paller où les sorcières tendent un pont en fil de toile d’araignée, le samedi soir pour passer de l’autre côté de la Llitera ; celles qui se rendent au sabbat, toutes à leur perfidie, perdent pied au milieu du pont et s’abiment dans le gouffre. »  «  Del castell d’Arrià baixa a la riba, atravessa la Tet d’una gambada i com esbarts de blancs tudons que volem veu de Sirac i Taurinyà las cases. Aesquerra deixa el roc Pailer, que lliguenles bruixes amb un pont d’un fil d’aranya, los dissabtes al vespres, perquè puguen passar del riu Llitera a l’altra banda ; les que van al sabbat amb traïdoria, emmig del pont rellisquen i s’esbarren. »

Les Encantades al Estany dels Cortalets BD Un Rei al Canigó BD

 

Entre mémoire et légendes naissent les traditions.

La trobada et la San Joan

Si la saint jean est fêtée dans la France entière, elle revêt en Catalogne et en particulier sur le Canigó (donc chez nous), une dimension forte presque mystique.

Le habitants de Taurinya comme ceux de tous les villages acheminent au pic des fagots de branchages de leur terroir (la Trobada) avec lesquels on régénèrera la Flamme du 23 juin. Celle-ci sera répartie dans des milliers de communes pour allumer leur Feu de la Saint-Jean. Chaque année, cette fête est renouvelée afin de symboliser : au cœur du pays catalan un profond désir et un besoin de retrouver ses racines, d’établir un lien avec son histoire, ses traditions et de redonner une vitalité à la langue des pères.

Els Gogs dels ous

Cette tradition remonte au moyen âge. On va de maison en maison, en chantant accueillis par les habitants qui écoutent cette chanson à la fois religieuse et profane. Une personne (en principe un célibataire recueille la « Cistella » (le panier) contenant les œufs, le boudin, le petit salé et quelques bouteilles de vin qui serviront dans la soirée a faire et partager l’omelette pascale toujours en chansons.